Réduction mammaire et lifting des seins

Docteur Coureau chirurgien esthetique

Spécialiste en Chirurgie plastique et esthétique, à Nice
Centre de Chirurgie Esthétique, Clinique Saint-George
2 Avenue de Rimiez – 06100 NICE
Tél. 04.93.53.26.77
www.esthetique-coureau.com

Réduction et lifting des seins à Nice

Définition : Réduction mammaire

L’hypertrophie mammaire se définit par un volume mammaire trop important par rapport à la taille du thorax de la patiente. Ce volume mammaire trop important et souvent asymétrique, entraîne une gène physique (pratique de sports, habillement…) et psychologique : regard des autres, des hommes…A cet excès de volume, s’associe souvent un excès cutané entraînant une ptose du sein. Seule l’hypertrophie nécessitant une diminution de plus de 300 grammes par sein (environ le volume d’une grosse orange) peut bénéficier d’une prise en charge par l’assurance maladie.
La ptose mammaire se définit par la chute du sein dont le pôle inférieur passe au dessous du sillon sous mammaire. Elle peut être mesurée. Elle est liée à un excès cutané secondaire à l’âge, à un amaigrissement, une grossesse ou un volume mammaire trop important et trop lourd. Le sein glisse alors à la partie inférieure du thorax lui donnant un aspect déshabité. Le volume de la glande mammaire peut être normal : seule la peau sera traitée.

Hypertrophie mammaire Ptose mammaire

HYPERTROPHIE MAMMAIRE                                 PTOSE MAMMAIRE

Le but de l’intervention chirurgicale est d’obtenir deux seins bien placés et harmonieux. Il faut pour cela agir :
au niveau de la glande mammaire pour adapter le volume du sein à la morphologie et aux désirs de la patiente :
soit par réduction du sein si il est trop gros. La quantité de glande à enlever est prévisible dans une certaine mesure (sécurité sociale) mais c’est le chirurgien qui va juger définitivement en cours d’intervention, en s’efforçant de laisser deux seins de même volume. Cette résection de glande pouvant saigner un peu après l’intervention, des drains seront mis en place et laissés 24 à 48 heures afin d’éviter la formation d’un hématome. Quelquefois, si le volume à enlever est modéré et le sein plutôt graisseux, on peut pratiquer une lipoaspiration.
Le sein étant composé le plus souvent de beaucoup de graisse, une stabilité pondérale est nécessaire à la durabilité du résultat de l’intervention. Eviter les grosses pertes de poids après l’opération, il vaut mieux maigrir avant.
soit par remodelage de la glande souvent trop étalée dans les cas où le volume de la glande mammaire est suffisant.
soit par augmentation en cas d’hypotrophie de la glande par la mise en place d’une prothèse. Celle-ci, le plus souvent en silicone pourra être placée en pré ou rétro pectoral. (Voir fiche Augmentation Mammaire).
au niveau de la peau pour remonter le mamelon et son aréole en bonne position sur le thorax et enlever l’excès cutané.
L’exérèse cutanée ne pouvant se faire pour des raisons esthétiques sur la partie haute du sein, les cicatrices seront reportées sur la partie basse du sein où elles peuvent être cachées. La détermination de la peau en excédent au moyen d’un dessin ou d’un patron permet de voir la quantité de peau qu’il va falloir enlever et par là même la longueur et la position des cicatrices nécessaires. Le plus souvent ces cicatrices ont une forme en « ancre de marine » : avec

Dessins pré opératoire d'une réduction mammaire Cicatrices classiques d'une opération mammaire

DESSINS PRE-OPERATOIRES                                 CICATRICES CLASSIQUES

une cicatrice autour de l’aréole qui bien que la plus visible peut être ultérieurement dissimulée par un tatouage, une cicatrice verticale qui va s’élargir un peu mais prend souvent une coloration très pâle qui la rend très discrète. une cicatrice horizontale cachée dans le sillon sous mammaire et dont la longueur est fonction de la quantité de peau qui a dû être enlevée. On peut déjà la projeter avant l’intervention, car elle débute au pli cutané que fait le sein sous l’aisselle. Cette importance des cicatrices rebute beaucoup de patientes mais elles sont un « mal nécessaire » si on veut un joli galbe. C’est pour cette raison que de nombreux chirurgiens ne font pas de chirurgie dans les ptoses de moins de 3 cm.
Dans certains cas où la résection cutanée et glandulaire est limitée, cette cicatrice horizontale peut être réduite au minimum voire supprimé. Il s’agit donc d’une « technique verticale » où certes la rançon cicatricielle est réduite au minimum mais quelquefois au dépends de la forme du sein.
Dans quelques rares cas associant petite ptose et une hypotrophie mammaire, on pourra pratiquer une résection annulaire de la peau péri aréolaire laissant une seule cicatrice autour de l’aréole. C’est la technique du « round-block ». Mais la nécessité de bloquer la suture cutanée entraîne un écrasement du sein lui donnant un aspect de »tomate » sauf si la glande mammaire est très ferme ou si on a mis une prothèse qui vont résister à cette déformation.

technique verticale de cicatrice autour de l'aréole round block prothèses

TECHNIQUE VERTICALE                                 ROUND-BLOCK-PROTHESES

A l’inverse on peut être amené dans certaines gigantomasties à pratiquer la technique de Thorek où le mamelon et son aréole sont prélevés en début d’intervention et greffés (greffe de peau) à leur bonne place à la fin de celle-ci.
Cette chirurgie peut être pratiquée à partir de la fin de la croissance donc vers 17-18 ans. Elle autorise les grossesses mais un délai de deux ans pour éviter d’étirer les cicatrices est recommandé. L’allaitement est bien sur possible sauf pour la technique de Thorek.

La consultation

La consultation avec le chirurgien, va permettre d’analyser vos motivations, vos désirs de correction qui vous sont strictement personnels. Vous verrez avec lui ce qui est raisonnable de réaliser dans votre cas. Un interrogatoire de vos antécédents médicaux est nécessaire pour vérifier l’absence de contre-indication opératoire. Vous verrez avec lui les différentes modalités anesthésiques et opératoires.

Type d’anesthésie :

Il s’agit d’une anesthésie générale, durant laquelle vous dormez complètement. Il vous faudra donc rester à jeun (ne rien manger ni boire 6 heures avant) pour cette intervention.
Un bilan préopératoire sanguin et cardiologique est réalisé conformément aux prescriptions.
Une mammographie vous sera demandée si la dernière est trop ancienne.
Le médecin anesthésiste sera vu en consultation au plus tard 48 heures avant l’intervention.
Aucun médicament contenant de l’Aspirine ne devra être pris dans les 10 jours précédant l’intervention.
Pour diminuer le risque d’infection nosocomiale, une douche à la bétadine le matin de l’intervention vous sera prescrite.

Modalités d’hospitalisation : L’hospitalisation de la journée est habituellement suffisante pour les ptoses simples car la douleur post-opératoire est très modérée. La gestion de votre sortie le soir même sera liée : à votre récupération de l’anesthésie, l’efficacité du traitement de la douleur, la distance de votre domicile et la présence d’accompagnants pour s’occuper de vous les premières heures et la première nuit post-opératoires.

Par contre pour les plasties de réduction, une hospitalisation de 24 à 48 heures est nécessaire e en raison des drains mis en place sur chaque sein et qui seront enlevés avant votre sortie et du besoin de traiter de façon efficace une douleur plus importante.

Modalité de l’intervention :

Vous verrez avec le chirurgien, en fonction de votre désir de correction, de votre age (après la puberté), de votre morphologie thoracique, de la qualité de votre peau, du désir de grossesses, quels sont les choix possibles et lequel est le mieux adapté à votre cas. En cas d’augmentation mammaire associée et pour vous aider dans votre choix de volume de prothèse, le plus simple est de venir à la consultation avec un soutien-gorge un peu enveloppant et un tee-shirt. Le chirurgien placera dans le soutien gorge, des prothèses de différentes tailles jusqu’à ce que vous obteniez la silhouette que vous désirez. On parvient ainsi, après un exposé clair des différentes méthodes, à choisir ce qui convient le mieux à chaque cas. Chaque chirurgien utilise une technique qui lui est propre et qu’il essaye d’adapter à votre cas pour obtenir le meilleur résultat possible. L’examen de photos avant-après de quelques cas similaires au vôtre pourra vous aider.

Au cours de cette consultation, vous devez impérativement avoir le temps de poser toutes les questions que vous vous posez même si elles vous paraissent ridicules. Si après réflexion, vous aviez d’autres questions, une deuxième consultation pourrait s’avérer nécessaire.

L’intervention

L’intervention débute par le dessin de l’emplacement des aréoles et du sillon sous mammaire. Ensuite un dessin de la peau à enlever sur chaque sein est réalisé de manière à réaliser une paire de seins la plus symétrique possible. La durée de l’intervention est longue : environ 2 à 3 heures. En cas de réduction mammaire, la partie de la glande qui est enlevée sera systématiquement adressée à un laboratoire d’anatomopathologie pour examen microscopique.En général un drain est laissé en place quelques jours après l’intervention de manière à ce que le sang ou le liquide qui peuvent se collecter soient éliminés.
En fin d’intervention, un pansement modelant, avec des bandes élastiques en forme de soutien-gorge, est confectionné.

Les suites post opératoires : Les suites opératoires sont en général peu douloureuses. On a alors recours à un traitement antalgique pendant quelques jours. Le pansement sera refait le lendemain pour procéder au retrait des drains.

Dans le meilleur des cas, la patiente ressentira une forte sensation de tension. Il convient d’envisager une convalescence et un arrêt d’activité d’une ou deux semaines. Dans les suites opératoires, des ecchymoses (bleus) et un œdème apparaissent au niveau des seins. Ils se résorbent dans un délai de 10 à 20 jours après l’intervention.
Les fils de suture et le pansement sont retirés vers le huitième jour post-opératoire. On met alors en place un soutien-gorge assurant une bonne contention. Le port de ce soutien-gorge est conseillé pendant environ un mois, nuit et jour. Vous pourrez bien sûr l’enlever pour prendre une douche.

EVOLUTION DES CICATRICES :

Evolution cicatrice réduction mammaire à 8 jours Evolution cicatrice réduction mammaire à 15 jours

A 8 JOURS                                 A 15 JOURS

Evolution cicatrice réduction mammaire à 1 mois Evolution cicatrice réduction mammaire à 1 an

A 1 MOIS                                 A 1 AN

Votre nouveau schéma corporel, c’est-à-dire votre nouvelle image de vous-même, peut quelquefois nécessiter un délai de quelques jours avant que ce changement morphologique, le plus souvent très attendu, soit accepté.
On conseille d’attendre un à deux mois pour reprendre une activité sportive. Les tissus opérés gardent une certaine rigidité pendant quelques mois.
Le résultat s’apprécie de façon définitive dans un délai de 3 à 6 mois après l’intervention, délai nécessaire à l’assouplissement des seins.
Il est le plus souvent extrêmement satisfaisant, à la fois sur le plan physique par l’amélioration de la silhouette et du décolleté, mais aussi psychologique par un renforcement du sentiment de féminité.
Dans quelques cas, des imperfections localisées peuvent être observées, sans qu’elles ne constituent de réelles complications :
cicatrice ayant une évolution anormale, sous forme d’épaississement ou de dyschromie,
des douleurs des seins,
des troubles de la sensibilité mamelonnaire sont également possibles, souvent transitoires, rarement définitifs.

Les cicatrices après une phase de rougeur entre le 4° et le 6° mois vont s’estomper au bout d’un délai de deux ans environ.

Les petites imperfections pourront être corrigées après un délai de 10 à 12 mois.

Les complications :

La plastie mammaire, bien que réalisée pour des motivations essentiellement esthétiques, n’en reste pas moins une véritable intervention chirurgicale, ce qui implique les risques liés à tout acte médical aussi minime soit-il.

Il faut distinguer les complications liées à l’anesthésie de celles liées au geste chirurgical.

En ce qui concerne l’anesthésie, lors de la consultation, le médecin anesthésiste informera lui-même la patiente des risques anesthésiques.

Il faut savoir que l’anesthésie induit dans l’organisme des réactions parfois imprévisibles, et plus ou moins faciles à maîtriser. Le fait d’avoir recours à un anesthésiste exerçant dans un contexte réellement chirurgical fait que les risques encourus sont devenus statistiquement presque négligeables.
Il faut savoir, en effet, que les techniques, les produits anesthésiques et les méthodes de surveillance ont fait d’immenses progrès ces vingt dernières années, offrant une sécurité optimale, surtout quand l’intervention est réalisée en dehors de l’urgence et chez une personne en bonne santé.

En ce qui concerne le geste chirurgical : Les vraies complications sont peu fréquentes.

Une grande rigueur dans l’indication et la réalisation de cette intervention chirurgicale doit assurer en pratique une prévention efficace et réelle de ces complications. Certaines sont inhérentes à l’ensemble des interventions de la chirurgie mammaire, d’autres liées à la mise en place d’un corps étranger dans le sein, ce sont les risques spécifiques aux implants mammaires.

Les accidents thrombœmboliques : phlebite, embolie pulmonaire bien que rares, restent redoutables. La prévention se fait par le port de bas, lever précoce, voire traitement anti-coagulant.
La survenue d’une infection nécessite un traitement antibiotique et parfois un drainage chirurgical.
Un hématome peut nécessiter un geste d’évacuation.
Des altérations de la sensibilité, notamment mamelonnaire, peuvent être observées, mais la sensibilité normale réapparaît le plus souvent dans un délai de 6 à 18 mois. Certaines nécroses partielles ou totales de l’aréole peuvent survenir par trouble de la vascularisation (tabac++++).
Une cytosteatonécrose ou fonte graisseuse avec écoulement jaune clair. Complication rare liée en général au tabac.
L’évolution des cicatrices peut être défavorable avec la survenue de cicatrices hypertrophiques voire chéloïdes, d’apparition et d’évolution imprévisibles, qui peuvent compromettre l’aspect esthétique du résultat et requièrent des traitements locaux spécifiques souvent longs.
Les risques spécifiques aux implants mammaires : formation de plis ou vagues, coques, rupture ou dégonflement, déplacement.

Au total, il ne faut pas surévaluer les risques, mais simplement prendre conscience qu’une intervention chirurgicale, même apparemment simple, comporte toujours une petite part d’aléas

A la fin de la consultation le chirurgien vous remettra :

Un devis clair, précis et détaillé sur le prix de votre intervention.
Un document appelé »consentement éclairé du patient » consignant par écrit les complications possibles de cette intervention.
Une fiche détaillée de ce type d’opération, résumant par écrit la consultation que vous venez d’avoir.
Les ordonnances du bilan préopératoire.

Un délai de réflexion de 15 jours vous est imposé par la Loi entre la 1° consultation et la date de l’intervention.

LES PRIX :de 2000 à 5000 Euros en fonction du type d’intervention et de la prise en charge par la sécurité sociale.

PLASTIE MAMMAIRE POUR HYPERTROPHIE

Plastie mammaire pour l'hypertrophie de face avant opération Plastie mammaire pour l'hypertrophie de profil avant opération
Plastie mammaire pour l'hypertrophie de face après opération Plastie mammaire pour l'hypertrophie de face après opération

PLASTIE MAMMAIRE POUR HYPERTROPHIE

Hypertrophie mammaire pre opératoire de face Hypertrophie mammaire pre opératoire de profil
Hypertrophie mammaire post opératoire de face Hypertrophie mammaire post opératoire de profil

PLASTIE MAMMAIRE POUR HYPERTROPHIE

Chirurgie mammaire pour hypertrophie de face avant opération Chirurgie mammaire pour hypertrophie de profil avant opération
Chirurgie mammaire pour hypertrophie de face après opération Chirurgie mammaire pour hypertrophie de profil après opération

PTOSE MAMMAIRE

Ptose mammaire de face avant opération Ptose mammaire de profil avant opération
Ptose mammaire de face après opération Ptose mammaire de profil après opération

PTOSE MAMMAIRE

Chirurhie mammaire pour ptose de face avant opération Chirurhie mammaire pour ptose de profil avant opération
Chirurhie mammaire pour ptose de face après opération Chirurhie mammaire pour ptose de profil après opération

PLASTIE + PROTHESES

Plastie + prothèses de face avant opération Plastie + prothèses de profil avant opération
Plastie + prothèses de face après opération Plastie + prothèses de profil après opération